La teigne du chou (ou des crucifères) bientôt suivie par les pièges CapTrap Vision !


La teigne des crucifères, ou teigne du chou, Plutella xylostella est un ravageur important dans de nombreux pays du monde. Sa présence semble avérée dans tous les lieux où il y a des plantes crucifères.

En Europe, sa présence est très importante et de nombreux pays cherchent à améliorer son suivi pour mieux en maîtriser la lutte. C’est ainsi que plusieurs partenaires du projet H2020 SmartProtect ont contacté Cap 2020 pour tester le piège CapTrap Vision sur ce ravageur. Dans le cadre de ce projet, des institutions de différents pays testent de nombreuses solutions permettant d’améliorer la protection des cultures et les répertorient dans une plateforme accessible ici.


Piège CapTrap Vision installé dans un champ de chou en Estonie (crédit photo : Priit Põldma, 2022)



Pour le suivi de Plutella, deux premiers pièges ont été installés en Belgique en 2021 mais un peu tardivement, aucune capture n’a donc été faite. En 2022, des pièges ont été installés dans plusieurs pays : Angleterre, Belgique, Estonie et Lettonie, afin de suivre le ravageur. Les déploiements dans ces pays se font fait sans aucune embuche, et les pièges ont communiqué directement une fois allumés sur place.


Un certain nombre de teignes des crucifères ont ainsi été piégées, et la première version de l’algorithme de reconnaissance de Cap 2020 a permis de compter environ 60 à 70 % des ravageurs arrivés sur les pièges. Cette première version a été élaborée en se basant sur des données bibliographiques et l'expérience acquise sur les suivis d’autres insectes ravageurs des cultures. Atteindre 60 à 70 % dès la première version de l’algorithme est donc la preuve qu’avec plus de données, un algorithme performant et ayant une fiabilité dépassant les 95% (comme pour les autres ravageurs suivis avec les pièges CapTrap Vision) pourra être réalisé sans contraintes particulières.


Exemple de teignes des crucifères reconnues dans un des pièges CapTrap Vision installés en 2022


Les informations récoltées cette année vont donc permettre d’améliorer l'algorithme de reconnaissance des teignes des crucifères et ainsi obtenir un algorithme parfaitement opérationnel dès 2023 pour ce ravageur.