Utilisation des phéromones


Les phéromones sont au cœur des pièges CapTrap. Bien choisies et manipulées, elles permettent de garantir votre succès de capture.

Ces molécules organiques sont naturellement produites par les femelles pour attirer les mâles afin de garantir la reproduction de l’espèce. Identifiées pour de nombreuses espèces d’insectes ravageurs, elles sont aujourd’hui synthétisées et imprégnées sur des substrats poreux que l’on vient placer dans les pièges afin d’attirer le ravageur et le capturer. Les pièges à phéromones sont désormais largement utilisés pour suivre la population des ravageurs dans les parcelles et savoir quand intervenir.


Parmi les fournisseurs existants, on retrouve Andermatt, BHS, Bioprox, Econex, Koppert, M2I, Syngenta, etc.


Quel que soit le fournisseur choisi, il est nécessaire de respecter quelques consignes d’usages afin de ne pas détériorer le produit.



Manipulation


Quelques règles simples sont à respecter. En cas de doute, vous pouvez vous reporter à la documentation du fabricant.


Conservation au frais : Dès la réception de vos produits, la conservation se fait à basse température afin de ne pas dégrader prématurément le produit. On peut noter que certains fabricants développent des phéromones qui se conservent à température ambiante, mais cela n’est pas généralisé pour le moment.


Ne pas toucher avec les doigts : Lors de l’ouverture des paquets, éviter tout contact avec les doigts, ou porter des gants afin d’éviter de polluer la phéromone et diminuer son efficacité.


Renouvellement : la durée d’efficacité du produit est indiquée sur l’emballage et à respecter scrupuleusement. Elle est généralement de 1 mois. Comme mentionné, la molécule se dégrade avec la température. L’attractivité va donc fortement diminuer une fois la date de renouvellement passée. A noter : sur l’interface CapTrap il est possible d’indiquer les dates de changement de phéromone afin d’être alerté automatiquement du renouvellement.



Installation


La molécule active est plus lourde que l’air. Elle diffuse préférentiellement dans le sens du vent dominant (c’est-à-dire celui qui souffle le plus souvent). Il convient donc de raisonner l’installation des pièges en fonction du vent, mais aussi des obstacles rencontrés (haies, forêts). Une bonne connaissance du terrain, et des parcelles, et une expérience de piégeur participeront à réaliser un bon niveau de captures.



Pièges à phéromone et confusion sexuelle


Les phéromones peuvent être utilisées de différentes façon selon leur dosage et selon la quantité déployée au sein des parcelles :

  • au sein de pièges pour attirer les mâles de l’espèce visée et suivre la population du ravageur au sein de la parcelle,

  • dans différentes formes de diffuseurs placés en de multiples points des parcelles pour venir perturber la reproduction et empêcher les mâles de trouver les femelles.


Dans le 2ème cas cité ci-dessus, on parle alors de confusion sexuelle. Compte-tenu de la diffusion en continu des phéromones (même faiblement dosées), l’attractivité des pièges est alors fortement amoindrie.

La confusion sexuelle est une technique de lutte à part entière, cependant s’il y a une pression forte du ravageur sur la parcelle, un traitement pourra quand même être nécessaire. Afin de surveiller cela, quelques pièges sont installés en parallèle de la confusion sexuelle. Si les insectes entrent dans les pièges c’est que la confusion sexuelle n’est pas suffisante pour empêcher les accouplements (population de ravageurs trop importante) et donc qu’une intervention sera probablement à prévoir.



Recherche


On peut noter que les dernières avancées en matière de recherche sur les phéromones visent à étendre la durée de vie du produit et ses conditions de conservation. A ce titre, certains fabricants ont breveté des techniques de micro-encapsulation de la matière active (chaque fabricant ayant son procédé). Ici par exemple, la technique utilisée par Syngenta.


(Syngenta, https://www.syngenta-pro.fr/sites/g/files/zhg786/f/media/2021/02/10/cameraria_pro_caps_notice_marronnier.pdf)



Autres attractifs


On traite ici uniquement des phéromones sexuelles. Cependant d’autres attractifs existent sur le marché :

  • Appâts alimentaires : ils sont généralement utilisés dans les cas où aucune phéromone de synthèse n’est présente sur le marché, ou dans certains cas, en remplacement de la phéromone si des difficultés de piégeage sont constatées. L’appât alimentaire est cependant généralement peu spécifique et va attirer beaucoup d’insectes différents qu’il faudra ensuite trier et identifier.

  • Kairomones : ce sont des substances chimiques produites par des êtres vivants, qui sont libérées dans l’environnement et qui vont induire un comportement chez d’autres espèces, comme l’attraction.

  • Attractifs chromatiques : des pièges chromatiques, c’est-à-dire de couleur (jaune ou bleu généralement) existent et permettent d’attirer certains insectes uniquement grâce à la couleur. Il s’agit ici de plaques engluées généralement jaune qui sont placés au bord des champs ou dans des cultures sous abri sur lesquelles les insectes attirés vont venir se coller.

  • Attractifs lumineux : ces dispositifs attirent massivement de nombreux ravageurs. Le pendant de cela : ils sont non-sélectifs, et il est nécessaire de les brancher sur secteur. Cap 2020 a saisi la problématique, suivez-nous sur les réseaux sociaux Twitter et LinkedIn pour avoir les dernières informations à ce sujet !