Le pack « Découverte metIS » pour une agro-météo Intelligente et Spatialisée

Dernière mise à jour : 13 oct.

Les services et solutions agroclimatiques proposées par Cap 2020 ont toujours eu, et gardent, pour ligne directrice la maîtrise des risques agro-pédo-climatiques et l’optimisation des prises de décisions tant au niveau agronomique que logistique ou économique. Aux côtés des Stations Météo Virtuelles® commercialisées depuis 2010, la nouvelle station metIS® de Cap 2020 s’inscrit dans la nécessaire adaptation aux aléas climatiques qui a aujourd’hui un caractère stratégique indéniable compte tenu de la fréquence des évènements extrêmes (sécheresse, gel, grêle…) qui s’accélère du fait du changement climatique. La France n’est pas moins vulnérable que d’autres pays à ces aléas dont l’intensité et la fréquence sont variables à toutes les échelles spatio-temporelles : entre les régions, les exploitations agricoles d’une même région, les parcelles d’une même exploitation agricole, ou au sein même d’une parcelle.



Classification des échelles spatio-temporelle des ordres de grandeur (adapté d’après Choisnel, 1987)



Selon ces différentes échelles et les problématiques à résoudre, les moyens de mesure des paramètres météo à mettre en œuvre sont différents. Ceux-ci ont d’ailleurs bien évolué depuis plusieurs décennies :

  • Avant 1980 : les données des stations météo étaient relevées manuellement, principalement par Météo France,

  • Début des années 80 : les stations météo ont été reliées au Minitel, mais la liaison était filaire donc peu compatible avec une utilisation à la parcelle,

  • Milieu des années 1990 : début des stations météo connectées via GSM, mais avec un coût élevé de la station (3 à 5 000 €) et de l’abonnement de télécommunication,

  • Fin des années 2000 : dans un contexte de fort développement des OAD (Outils d’Aide à Décision) nécessitant des données météo à l’échelle de la parcelle, le concept de Station Météo Virtuelle® (SMV) a été développé par Cap 2020 dans le cadre d’un projet cofinancé par le ministère de l’Agriculture. Les SMV fournissent des données et indicateurs modélisés à l’échelle de la parcelle et sont commercialisées depuis 2011 par Cap 2020,

  • Milieu des années 2010 : à la faveur du développement des réseaux à bas débit et de la diminution des coûts de télécommunication (Sigfox, LoRa), les stations météo connectées se sont démocratisées avec différents fournisseurs qui ont ramené le coût des stations météo à moins de 500 € (hors abonnement),

  • Début des années 2020 : élargissement de l’offre de données météo par les fournisseurs de stations météo qui proposent un mix entre stations réelles et stations virtuelles (appelées données maillées, spatialisées ou dématérialisées).

Face à ces évolutions, le tableau ci-après présente les solutions de mesure les plus appropriées selon l’échelle à laquelle on se trouve et la problématique posée :

Échelle spatio-temporelle

Problématiques

Échelle spatio-temporelle

Problématiques

Solution la plus appropriée aujourd’hui

Territoire agricole

(Climat régional)

Définir des zones agro-climatiquement homogènes et des indicateurs globaux pour l’aide au choix de cultures, de rotation, de variétés…

Réseau de stations météo virtuelles

Exploitation agricole

(Topoclimat)

Adapter les itinéraires techniques des différentes parcelles en fonction de leurs caractéristiques climatiques réelles

Une ou plusieurs stations physiques ou la combinaison stations virtuelles et réelles afin de limiter le coût

​​Intraparcellaire

(Microclimat)

Connaître les zones agro-climatiquement homogènes de sa parcelle pour en adapter la conduite et en particulier vis-à-vis de la température et l’humidité relative (voire la pluie pour les parcelles de plus de 10 ha)

Plusieurs stations physiques mais coût important avec les stations météo actuelles

Au sein du feuillage

(Microclimat)

Caractériser la variabilité de la température et l’humidité relative au sein de la végétation

Les stations météos actuelles ne sont pas adaptées pour ce type de mesure et cela représenterait un coût important


Il ressort que répondre aux problématiques agroclimatiques aux échelles spatio-temporelles de topoclimat et microclimat est largement limité par le coût que cela représente avec les stations météo actuelles. Le prix est donc le principal frein à la mise en place de solutions nécessaires à la prise en compte de la variabilité climatique présente à ces échelles. Ce constat avait déjà été fait par Hervé QUENOL, chercheur du CNRS, dans son mémoire d’habilitation à Diriger des Recherches « Observation et modélisation spatiale du climat aux échelles fines dans un contexte de changement climatique ». Il y notait que :

  • « Le principal problème [des mesures au sein des parcelles] est le coût des appareils qui limite le nombre de postes d’observation »,

  • « Ce ne sont pas obligatoirement les appareils les plus onéreux et les plus précis qui se sont avérés les plus fiables pour ce type d’étude. »


Afin de lever ce frein que représente le coût des points de mesure météo, Cap 2020 a développé la station météo metIS® avec pour objectif de proposer un dispositif qui se différenciera d’une station classique par :

  • sa modularité : en plus du capteur de base température et humidité relative de l’air, l’utilisateur pourra selon ses besoins connecter plusieurs capteurs (pluviomètre, sol…) choisis en fonction de la problématique étudiée,

  • son prix : la multiplication des points de mesure météo n’est envisageable qu’en proposant des dispositifs de mesure à bas coût. L’objectif fixé est de diviser par trois le prix actuel des points de mesure météo,

  • sa modalité de commercialisation : la possibilité de location permettra à l’utilisateur de choisir la durée d’utilisation qu’il s’agisse de caractériser des zones climatiques sur un territoire agricole ou pendant les périodes à risque climatique (gel, irrigation…),

  • sa facilité de déploiement sur les territoires agricoles,

  • son interaction avec les données de prévision déjà fournies par Cap 2020 : les données des stations metIS® mesurées sur les parcelles agricoles permettront d’améliorer les prévisions météo à court terme (la journée).


Grâce à ses stations metIS® Cap 2020 vient agrandir son offre agroclimatique avec un service qui permettra à terme, via la multiplication des points de mesure météo, de mettre en évidence la variabilité existante entre les différents points de mesure, qu’elle que soit l’échelle spatio-temporelle d’intérêt. En effet l’important en agrométéorologie n’est pas tant la précision ultra locale, comme l’argumente la plupart des fournisseurs de stations météo, que la connaissance de la variabilité qu’il s’agisse d’une parcelle, d’un territoire agricole ou bien de la végétation en elle-même. La variabilité climatique existe à toutes les échelles et elle sera encore plus importante à l’avenir sous l’effet des changements climatiques en cours.


Pour 2023, Cap 2020 lance le pack « Découverte metIS® » qui va permettre à chaque souscripteur de tester à un tarif préférentiel une petite flotte de stations metIS®. Le pack contiendra plusieurs stations metIS® et chaque utilisateur du pack « Découverte metIS® » sera accompagné par un collaborateur de Cap 2020 afin de s’assurer que le matériel et l’interface répondent à leurs besoins, mais aussi pour récolter au fil de la saison les retours et attentes de l’utilisateur.

Les commandes pour ce pack « Découverte metIS® » seront lancées à l’occasion du SIMA 2022, c’est-à-dire à partir du 6 novembre ! Pour les souscripteurs de cette offre, les livraisons des stations metIS® auront lieu à partir du printemps 2023.

Participer à ces tests est un privilège car cela vous permettra de commencer à mesurer la variabilité présente dans vos parcelles, ou entre elles, tout en faisant des retours qui seront pris en compte dans les prochaines versions de nos stations metIS® !